Rejoindre la

communauté OMIA

 Facebook
OMIA
SPAASI
Logo commémoration
Immigration
Vivre en Acadie
  • diaporama2
  • diaporama 4
  • diaporama 6

Dernières nouvelles

Communiqué de presse- Du sang neuf à la Société Nationale de l'Acadie
Charlottetown (IPE), le 24 septembre 2017 - Les membres de la Société Nationale de l'Acadie (SNA) ont élu l’ensemble du comité de direction lors de l’assemblée générale annuelle qui avait lieu aujourd’hui à Charlottetown.Louise Imbeault est élue à la tête de l’organisme porte-parole du peuple acadien. “C’est un grand honneur pour moi d’avoir été élue présidente par les membres de la Société Nationale de l’Acadie. La SNA peut et doit servir à raffermir les relations entre nous, à concerter nos efforts et à faire rayonner l’Acadie sur les scènes nationales et internationales. Elle reçoit ce mandat de ses membres qui doivent établir les priorités et choisir les champs d’actions. ” , explique la nouvelle présidente.Les membres ont également procédé à l’élection des postes suivants : Neil Boucher, originaire de la Nouvelle-Écosse, au poste de vice-président Karine Gallant, originaire de l'Île-du-Prince-Édouard au poste de secrétaire-trésorière Mathieu Manuel, originaire du Nouveau-Brunswick, au poste de conseiller jeunesse La SNA a aussi adopté le nouveau cahier de charge qui servira à la sélection de la région hôte du Congrès mondial acadien (CMA) 2024. Depuis 2015, un comité de la SNA s'affairait à revoir les bases des Congrès mondiaux acadiens afin de maintenir le dynamisme de l’événement. Parmi les grands changements : Le volet conférence devient les États généraux de l'Acadie pour permettre au peuple acadien une plus grande place de réflexion sur sa destinée ; Révision des balises de l’événement, limitant la durée de l’événement, le budget d'opération et de la taille du territoire couvert pour la région hôte, pour rendre la mise en candidature plus accessible; Une plus grande inclusion des jeunes ainsi que la recherche de l'équité des genres dans les structures de sélection et dans les COCMA  afin de refléter les valeurs de la SNA. L’assemblée générale annuelle du la SNA a débuté vendredi par une réception conjointe entre le Comité sénatorial sur les langues officielles, le CMA 2019 et la Société Nationale de l’Acadie.  Samedi matin avait lieu l’AGA du CMA 2019, suivi d’une série de tables rondes permettant des réflexions sur le futur de l’Acadie organisé par la SNA. Plusieurs dignitaires étaient présents pour l’occasion, dont le Premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard Wade MacLauchlan, les membres du Comité sénatorial sur les langues officielles ainsi que la Commissaire aux langues officielles par intérim Ghislaine Saikaley.À propos de la nouvelle présidence : Louise Imbeault est une femme très active, tant dans sa vie professionnelle que personnelle. Journaliste à Radio-Canada pendant plus de 30 ans, elle a pris la direction de Radio-Canada Acadie en 2007. Ayant à cœur le monde communautaire,  elle a siégé à de nombreux comités et conseils d’administration. Louise est désormais propriétaire de Bouton d’or Acadie, où elle est aussi éditrice. -30- À propos de la SNA : La Société Nationale de l'Acadie (SNA) est une organisation à but non lucratif qui regroupe les quatre associations francophones porte-parole des provinces de l'Atlantique ainsi que les quatre associations jeunesse. Elle compte également des membres affiliés au Québec, en France et aux États-Unis. Elle a pour mandat de représenter le peuple acadien sur les scènes atlantique, nationale et internationale. Pour renseignements :Émilie CaissieResponsable des communications 1-506-888-1695emilie.caissie@snacadie.org

Galerie de photos



Le Grand Dérangement

LE GRAND DÉRANGEMENT

Avec l’octroi d’une charte d’Henri IV, roi de France, Pierre Dugua, sieur de Mons, entreprend l’établissement de l’Acadie en 1604. En moins de 150 ans, cette colonie, avec ses 15 000 habitants d’alors, était devenue florissante, d’abord sous le régime français et, depuis 1713, sous domination anglaise. En 1755, les autorités britanniques, percevant l’essor du peuple acadien comme une menace à leur plan de colonisation, procèdent à une expulsion systématique de la population acadienne.

C’est le début du Grand Dérangement qui verra le peuple acadien déraciné, dispersé et condamné à errer plus d’un demi-siècle. Plusieurs milliers sont déportés à bord de navires qui les transportent aux colonies anglo-américaines, en Angleterre et en France. D’autres échappent à la tourmente en se réfugiant en forêt ou en fuyant vers les régions lointaines. Le tiers de la population périt en mer ou, dépourvu de tous moyens, succombe aux maladies et à la famine. Certaines familles s’implanteront au pays d’exil; d’autres, errant de par les continents, feront souche ailleurs – au Québec surtout et en Louisiane. La plupart ne reverront plus jamais leur patrie bien-aimée. À la fin des années 1760, l’Acadie comptait moins de 2 000 rescapés.

Ce sont ces irréductibles qui reconstruiront la communauté éclatée en jetant les bases d’une nouvelle Acadie. Aujourd’hui, les Acadiens forment un peuple unique, fier et dynamique dont les rameaux s’étendent de par le monde.

English version

MonumentPaysage
pub cria
250e anniversaire
Grand Pre carre accueil02

Le Grand Dérangement

LE GRAND DÉRANGEMENT

Avec l’octroi d’une charte d’Henri IV, roi de France, Pierre Dugua, sieur de Mons, entreprend l’établissement de l’Acadie en 1604. En moins de 150 ans, cette colonie, avec ses 15 000 habitants d’alors, était devenue florissante, d’abord sous le régime français et, depuis 1713, sous domination anglaise. En 1755, les autorités britanniques, percevant l’essor du peuple acadien comme une menace à leur plan de colonisation, procèdent à une expulsion systématique de la population acadienne.

C’est le début du Grand Dérangement qui verra le peuple acadien déraciné, dispersé et condamné à errer plus d’un demi-siècle. Plusieurs milliers sont déportés à bord de navires qui les transportent aux colonies anglo-américaines, en Angleterre et en France. D’autres échappent à la tourmente en se réfugiant en forêt ou en fuyant vers les régions lointaines. Le tiers de la population périt en mer ou, dépourvu de tous moyens, succombe aux maladies et à la famine. Certaines familles s’implanteront au pays d’exil; d’autres, errant de par les continents, feront souche ailleurs – au Québec surtout et en Louisiane. La plupart ne reverront plus jamais leur patrie bien-aimée. À la fin des années 1760, l’Acadie comptait moins de 2 000 rescapés.

Ce sont ces irréductibles qui reconstruiront la communauté éclatée en jetant les bases d’une nouvelle Acadie. Aujourd’hui, les Acadiens forment un peuple unique, fier et dynamique dont les rameaux s’étendent de par le monde.

English version

MonumentPaysage