Rejoindre la

communauté OMIA

 Facebook
OMIA
SPAASI
Logo commémoration
Immigration
Vivre en Acadie
  • diaporama2
  • diaporama 4
  • diaporama 6

Dernières nouvelles

Communiqué de presse: Nomination de Madeleine Meilleur Commissaire aux langues officielles : la Société nationale de l’Acadie demande la reprise du processus
Vendredi 26 mai 2017– MONCTON, N.-B. La Société nationale de l’Acadie (SNA) demande au gouvernement de reprendre le processus de nomination au poste de Commissaire aux langues officielles du Canada. Selon la SNA, les mécanismes qui ont mené à la nomination de Madeleine Meilleur ont manqué de transparence. « Nous sommes très préoccupés par le processus de sélection, qui semble avoir été cafouillé du début à la fin. C'est très inquiétant de savoir que les chefs de partis de l'opposition n'aient pas été consultés comme le prévoit la Loi sur les langues officielles et que Madame Meilleur, de par son statut privilégié d’ancienne ministre provinciale libérale ait eu des discussions avec des conseillers clés du gouvernement Trudeau en cherchant à recevoir une haute nomination quelconque »  souligne Xavier Lord-Giroux, président par intérim de la SNA. La SNA ne remet toutefois pas en question les compétences de Madame Meilleur. « Tout le monde considère que Madame Meilleur est une excellente candidate. Mais nous sommes préoccupés par la légitimité de sa nomination dans ce cas-ci. Le poste se doit d'être indépendant du gouvernement et de toute influence politique, et il devient de plus en plus clair que ce n'est pas le cas de cette sélection »,  affirme M. Lord-Giroux. La SNA demande donc que les travaux de sélection soient repris et que les règles du jeu soient mises au clair dès le début. Par ailleurs, la SNA demande qu'un représentant de communautés francophones en milieu minoritaire fasse partie du comité de sélection afin de bien saisir si le ou la nouvelle Commissaire aux langues officielles fait preuve d’une bonne compréhension des paysages culturels et linguistiques propres aux communautés linguistiques vivant en situation minoritaire. -30- La Société nationale de l’Acadie est une fédération à but non lucratif qui regroupe les quatre associations francophones porte-paroles des provinces de l’Atlantique, ainsi que les quatre associations jeunesse. La SNA compte également des membres affiliés en Atlantique, au Maine, au Québec, en France et en Louisiane. Son mandat est de représenter le peuple acadien sur les scènes atlantique, nationale et internationale.  Contact média Xavier Lord-Giroux Président par intérim Société nationale de l’Acadie presidence@snacadie.org |   (506) 378-3608 Véronique Mallet Directrice générale Société nationale de l’Acadie veronique.mallet@snacadie.org   |   (506) 853-0404

Galerie de photos



Monument de Dieppe

Monument DieppeLA RÉSISTANCE SUR LA PETCOUDIAC

Lorsque débute la Déportation, en août 1755, une importante population acadienne vit dans la région des Trois-Rivières (Chipoudie, Memramkouke et Petcoudiac). Le caractère indépendant de ces habitants motive les autorités britanniques à les déporter en premier et rapidement, une démarche qui se butera à une opposition farouche.

Dès septembre 1755, des résistants armés infligent un dur revers à des soldats britanniques venus brûler les villages acadiens de la Petcoudiac. Retranchés dans le haut de la rivière sous le commandement des frères Broussard (Beausoleil), ils mèneront une guérilla impitoyable contre l’agresseur jusqu’en 1758. Cet été-là, ils essuient un premier échec, à la bataille du Cran (ruisseau Stoney). À l’automne, on assiste à la fin de la résistance sur la Petcoudiac quand s’achève la destruction des villages acadiens.

Pourchassés, décimés par la maladie et emprisonnés par la suite, plusieurs de ces résistants auront tout de même réussi à éviter la Déportation et permis à l’Acadie de survivre. Certaines familles acadiennes partent vers la Louisiane de leur propre chef, tandis que le sol natal retient ceux et celles qui construiront la nouvelle Acadie.


ENGLISH
 

Dévoilement Monument DieppeRESISTANCE ON THE PETCOUDIAC

When the Deportation began in August 1755, a significant Acadian population lived in the region of the Trois-Rivières (Chipoudie, Memramkouke and Petcoudiac). The British authorities decided that, given the independent character of these inhabitants, they were to be deported immediately, a move which met with stiff opposition.

As early as September 1755, armed resistance fighters inflicted a major setback on the British soldiers sent to burn the Acadian villages along the Petcoudiac. For three years, entrenched in the upper reaches of the river and under the leadership of the Broussard (Beausoleil) brothers, the Acadians waged incessant guerrilla warfare against the British. But in the summer of 1758, they lost their first combat, the battle of the Cran (Stoney Creek). That autumn, the final destruction of the Acadian villages brought an end to the resistance on the Petcoudiac.

Even though many of these Acadians were pursued, decimated by illness and imprisoned, they still managed to avoid the Deportation, thus allowing Acadie to survive. While some families chose to leave voluntarily for Louisiana, others remained in their native land to build the new Acadie.

 

pub omia
pub vivre en acadie
250e anniversaire

Monument de Dieppe

Monument DieppeLA RÉSISTANCE SUR LA PETCOUDIAC

Lorsque débute la Déportation, en août 1755, une importante population acadienne vit dans la région des Trois-Rivières (Chipoudie, Memramkouke et Petcoudiac). Le caractère indépendant de ces habitants motive les autorités britanniques à les déporter en premier et rapidement, une démarche qui se butera à une opposition farouche.

Dès septembre 1755, des résistants armés infligent un dur revers à des soldats britanniques venus brûler les villages acadiens de la Petcoudiac. Retranchés dans le haut de la rivière sous le commandement des frères Broussard (Beausoleil), ils mèneront une guérilla impitoyable contre l’agresseur jusqu’en 1758. Cet été-là, ils essuient un premier échec, à la bataille du Cran (ruisseau Stoney). À l’automne, on assiste à la fin de la résistance sur la Petcoudiac quand s’achève la destruction des villages acadiens.

Pourchassés, décimés par la maladie et emprisonnés par la suite, plusieurs de ces résistants auront tout de même réussi à éviter la Déportation et permis à l’Acadie de survivre. Certaines familles acadiennes partent vers la Louisiane de leur propre chef, tandis que le sol natal retient ceux et celles qui construiront la nouvelle Acadie.


ENGLISH
 

Dévoilement Monument DieppeRESISTANCE ON THE PETCOUDIAC

When the Deportation began in August 1755, a significant Acadian population lived in the region of the Trois-Rivières (Chipoudie, Memramkouke and Petcoudiac). The British authorities decided that, given the independent character of these inhabitants, they were to be deported immediately, a move which met with stiff opposition.

As early as September 1755, armed resistance fighters inflicted a major setback on the British soldiers sent to burn the Acadian villages along the Petcoudiac. For three years, entrenched in the upper reaches of the river and under the leadership of the Broussard (Beausoleil) brothers, the Acadians waged incessant guerrilla warfare against the British. But in the summer of 1758, they lost their first combat, the battle of the Cran (Stoney Creek). That autumn, the final destruction of the Acadian villages brought an end to the resistance on the Petcoudiac.

Even though many of these Acadians were pursued, decimated by illness and imprisoned, they still managed to avoid the Deportation, thus allowing Acadie to survive. While some families chose to leave voluntarily for Louisiana, others remained in their native land to build the new Acadie.