Rejoindre la

communauté OMIA

 Facebook
OMIA
SPAASI
Logo commémoration
Immigration
Vivre en Acadie
  • diaporama2
  • diaporama 4
  • diaporama 6

Dernières nouvelles

Offre d'emploi - Responsable des opérations et relations stratégiques
Contrat d’un an (remplacement de congé de maternité)La Société Nationale de l’Acadie est à la recherche de la personne idéale pour un contrat d’un an au poste de Responsable des opérations et des relations stratégiques .La personne choisie travaillera de près avec la direction générale pour voir au bon fonctionnement des opérations de l’organisme ainsi que du développement et l’entretiens des relations stratégiques.Si vous...• êtes en quête d’un milieu de travail stimulant et créatif et que vous nourrissez une passion pour l’épanouissement du peuple acadien;• avez envie de partager votre passion pour l’innovation, la créativité et l’exploration avec une équipe enthousiaste et motivée, décidée d’aller au bout de ses idées et de réaliser son plein potentiel ;• avez envie de faire partie d’une petite équipe tissée serrée qui croit en la cause et au potentiel de l’Acadie;• avez envie de bénéficier d’un milieu de travail flexible et motivant;Nous sommes l’employeur que vous cherchez !Le travail qui vous attends :● Gestion des ressources humaines et financières;● Coordination des structures démocratiques de la SNA;● Liaison avec les membres de la SNA;● Coordination des relations stratégiques de la SNA. Principales responsabilités :● Appuyer la direction générale dans la recherche, la sollicitation et le démarchage pour le financement de l’organisme;● Appuyer la direction générale dans l’embauche, l’évaluation du rendement, l’encadrement du personnel selon les politiques en place;● En collaboration avec la direction générale et la responsable de la logistique, préparer et organiser les réunions du Conseil d’administration, l’Assemblée générale annuelle et toute autre réunion de comité ou de groupe de travail;● Assurer une communication régulière avec les groupes membres;● Assurer un partage fluide des documents et des informations entre les groupes membres;● Identifier et coordonner la livraison de formations communes entre les groupes;● Identifier les besoins de services partagés entre les membres et coordonne la livraison;● Collaborer à l’identification des stratégies politiques appropriées aux dossiers courants;● Assurer une bonne gestion des ententes de collaboration et des relations avec les partenaires de diverses instances gouvernementales;● Appuie et conseille la direction générale dans la négociation des ententes de collaborations de l’organisme.Exigences :● Maîtrise du français écrit et orale;● Minimum de 5 ans d’expériences de travail pertinente avec le poste;● Un diplôme ou une formation d’études postsecondaires dans un domaine connexe.Aptitudes recherchées :● Personne dynamique, innovatrice, faisant preuve de tact, de bon jugement et de diplomatie;● Personne débrouillarde, autonome et polyvalente;● Excellentes aptitudes à la résolution de problèmes;● Personne ayant une approche ciblée sur les membres;● Bonne gestion du temps et souci du détail;● Personne motivée et entrepreneuriale ayant envie de contribuer à un travail d’équipe;● Excellentes relations interpersonnelles et compétences de communication;● Expérience en gestion des ressources humaines est un atout.Ce poste comporte des avantages sociaux intéressants et une rémunération compétitive.Date d’entrée en fonction : le 12 février 2018Durée des fonctions : 55 semainesLieu de travail : Moncton (N.-B.)Si ce défi vous intéresse, faites-nous parvenir votre curriculum vitae accompagné d’une lettre de motivation faisant moins d’une page par courriel à veronique.mallet@snacadie.org, au plus tard le 12 janvier 2018.

Galerie de photos



Monument de Miramichi

Monument Miramichi
LE CAMP D'ESPÉRANCE

Entre 1756 et 1758, quelques milliers d'Acadiens et Acadiennes se réfugient dans la région de Miramichi, principalement à la pointe Wilsons. Propice à la chasse et à la pêche, ce lieu redonne espoir aux familles acadiennes qui le nomment Camp d'Espérance.

En réalité, il a été un véritable enfer pour ces personnes qui fuyaient la Déportation et leur pays soumis à la destruction. En les installant à Miramichi, sous la protection d'une garnison commandée par l'officier canadien Charles Deschamps de Boishébert, l'administration de la Nouvelle-France pensait offrir aux réfugiés un endroit stratégique plus facile à défendre et à approvisionner. Cependant, certains administrateurs corrompus détournent les fonds devant servir à l'achat de vivres pour ces réfugiés.

Abandonnés à eux-mêmes, frappés par la famine et par une épidémie de petite vérole, les réfugiés acadiens du Camp d'Espérance mourront par centaines à l'hiver de 1756–1757. Ce sera l'une des pires pages de l'histoire du Grand Dérangement. Par la suite, les survivants de la Miramichi s'établiront dans les Provinces maritimes, au Québec et en Louisiane.


ENGLISH


CAMP D'ESPÉRANCE

Between 1756 and 1758, several thousand Acadians fled to the Miramichi region, particularly to Wilsons Point. Favourably situated for hunting and fishing, this refuge brought new hope to these Acadian families, who named it Camp d'Espérance, or Camp of Hope.

As it turned out, it became a place of great suffering and privation for those who had fled deportation and the destruction of their homeland. By directing these refugees to the Miramichi, under the protection of a garrison commanded by a French Canadian officer, Charles Deschamps de Boishébert, the government of New France thought they would benefit from its strategic location that was easier to defend and to supply. However, corrupt officials embezzled the money allocated to buy provisions for these refugees.

Left to fend for themselves, and suffering from famine and from an epidemic of smallpox, hundreds of Acadian refugees at Camp d'Espérance died during the winter of 1756–1757. This was one of the worst episodes in the history of the Grand Dérangement. Survivors of the Miramichi eventually settled in the Maritime Provinces, Québec and Louisiana.
Grand Pre carre accueil02
pub omia
pub vivre en acadie

Monument de Miramichi

Monument Miramichi
LE CAMP D'ESPÉRANCE

Entre 1756 et 1758, quelques milliers d'Acadiens et Acadiennes se réfugient dans la région de Miramichi, principalement à la pointe Wilsons. Propice à la chasse et à la pêche, ce lieu redonne espoir aux familles acadiennes qui le nomment Camp d'Espérance.

En réalité, il a été un véritable enfer pour ces personnes qui fuyaient la Déportation et leur pays soumis à la destruction. En les installant à Miramichi, sous la protection d'une garnison commandée par l'officier canadien Charles Deschamps de Boishébert, l'administration de la Nouvelle-France pensait offrir aux réfugiés un endroit stratégique plus facile à défendre et à approvisionner. Cependant, certains administrateurs corrompus détournent les fonds devant servir à l'achat de vivres pour ces réfugiés.

Abandonnés à eux-mêmes, frappés par la famine et par une épidémie de petite vérole, les réfugiés acadiens du Camp d'Espérance mourront par centaines à l'hiver de 1756–1757. Ce sera l'une des pires pages de l'histoire du Grand Dérangement. Par la suite, les survivants de la Miramichi s'établiront dans les Provinces maritimes, au Québec et en Louisiane.


ENGLISH


CAMP D'ESPÉRANCE

Between 1756 and 1758, several thousand Acadians fled to the Miramichi region, particularly to Wilsons Point. Favourably situated for hunting and fishing, this refuge brought new hope to these Acadian families, who named it Camp d'Espérance, or Camp of Hope.

As it turned out, it became a place of great suffering and privation for those who had fled deportation and the destruction of their homeland. By directing these refugees to the Miramichi, under the protection of a garrison commanded by a French Canadian officer, Charles Deschamps de Boishébert, the government of New France thought they would benefit from its strategic location that was easier to defend and to supply. However, corrupt officials embezzled the money allocated to buy provisions for these refugees.

Left to fend for themselves, and suffering from famine and from an epidemic of smallpox, hundreds of Acadian refugees at Camp d'Espérance died during the winter of 1756–1757. This was one of the worst episodes in the history of the Grand Dérangement. Survivors of the Miramichi eventually settled in the Maritime Provinces, Québec and Louisiana.