Rejoindre la

communauté OMIA

 Facebook
OMIA
SPAASI
Logo commémoration
Immigration
Vivre en Acadie
  • diaporama2
  • diaporama 4
  • diaporama 6

Dernières nouvelles

Communiqué de presse- Monsieur André Magord récipiendaire du prix Marguerite-Maillet 2017
Moncton (N.-B.), le 23 octobre 2017 – L'Association des professeurs des littératures acadienne et québécoise de l’Atlantique (APLAQA) et la Société Nationale de l’Acadie (SNA) sont heureuses de décerner le Prix Marguerite-Maillet 2017 à monsieur André Magord de Poitiers, France. Ce prix récompense chaque année, un professeur ou une professeure, chevronné-e (plus de 20 ans d’expérience) ou retraité-e, pour souligner sa contribution au développement et à l'étude des littératures acadiennes et francophones d'Amérique.Au cours de sa carrière, André Magord a contribué au développement et à l'étude des minorités francophones du Canada, et par le fait même des littératures acadienne et québécoise, en établissant un « pont » entre l'Amérique, plus particulièrement le Canada français, et la France. Il s’intéresse à l’Acadie depuis le début des années 1990 alors qu’il fait ses études doctorales à Terre-Neuve. Au fil des ans, il a mis en place de nombreuses initiatives de recherche et les publications qui ont contribué à une meilleure connaissance de l’Acadie et du Canada français en France. Le prix lui a été remis à Sudbury, Ontario, le 21 octobre dernier dans le cadre du banquet de clôture du Colloque annuel de l’APLAQA.La présidente de la SNA, Louise Imbeault, souligne que « la contribution remarquable de monsieur André Magord au développement des minorités francophones et à l’étude des littératures acadiennes et francophones d’Amérique, ainsi que ses nombreuses initiatives de recherches justifient l’attribution de ce prix portant le nom d’une grande Acadienne qu’est Marguerite Maillet. »L’Association des professeurs des littératures acadienne et québécoise de l’Atlantique (APLAQA) a été fondée par Robert Viau en 1991 afin d’offrir aux chercheurs une plateforme qui briserait leur isolement relatif et permettrait de communiquer leurs découvertes sur des littératures alors en gestation.À propos : La Société Nationale de l'Acadie (SNA) est une fédération à but non lucratif qui regroupe les quatre associations francophones porte-parole des provinces de l'Atlantique, ainsi que les quatre associations jeunesse. La SNA compte également des membres affiliés en Atlantique, au Québec, en France et aux États-Unis. Son mandat est de représenter le peuple acadien sur les scènes atlantique, nationale et internationaleL’APLAQA et la SNA sont partenaires de la remise du Prix Marguerite-Maillet depuis 2002. -30- Renseignements :Lucie HottePrésidente du juryChaire de recherche sur les cultures et les littératures francophones du Canada, Université d'Ottawalhotte@uottawa.caSur la photo de gauche à droite: Johanne Melançon, présidente du comité d’organisation du colloque 2018 de l’APLAQA qui a eu lieu à Sudbury, Ontario, Lucie Hotte, présidente du jury, André Magord, lauréat, Robert Viau, fondateur de l’APLAQA.

Galerie de photos



Monument - Cap Saint-Georges - Terre-Neuve-et-Labrador

Les Acadiens à Terre-Neuve

L’établissement de postes de pêche français à Terre-Neuve mène à la fondation d’une colonie à Plaisance en 1662. En 1713, la France cède Terre-Neuve à la Grande-Bretagne qui lui reconnaît des droits de pêche sur une partie des Monument_resizedcôtes de l’île. Plus tard, des pêcheurs français s’y établissent ainsi que deux jeunes hommes des îles Saint-Pierre et Miquelon : Jean Camus, d’une famille originaire de Louisbourg, et l’Acadien François Benoit. Ils font souche sur la côte française de Terre-Neuve, dans la région de la baie Saint-Georges.

Au début du 19e siècle, plusieurs familles acadiennes du Cap-Breton s’établissent à Terre-Neuve. À la fin des années 1840, d’autres Acadiens du Cap-Breton immigrent à Terre-Neuve, certains passant par les îles de la Madeleine. Ils s’installent principalement à la baie Saint-Georges dans la communauté de Sandy Point.

Entre 1850 et 1868, deux tiers des naissances enregistrées à la baie Saint-Georges sont de paternité acadienne. Au début du 20e siècle, certaines de ces familles acadiennes déménagent sur la presqu’île de Port-au-Port. Elles s’installent dans des communautés où vivent déjà des descendants d’Acadiens et de pêcheurs français. Ainsi l'Acadie s’est enracinée petit à petit à Terre-Neuve-et-Labrador.

 

 

The Acadians in Newfoundland


The development of French fishing stations in Newfoundland led to the founding of Placentia in 1662. When France ceded Newfoundland to Great Britain in 1713, it retained its fishing rights on part of the coast of the island. French fishermen eventually settled there, along with two young men from St. Pierre et Miquelon: Jean Camus, whose family Photo_officielle_resizedwas from Louisbourg, and François Benoit, an Acadian. They founded families on the French coast of Newfoundland, in the St. Georges Bay region.

In the early 1800s, several Acadian families from Cape Breton moved to Newfoundland. Around the late 1840s, they were joined by other Acadians from Cape Breton, some of whom came via the Magdalen Islands. They settled mainly on Sandy Point in St. Georges Bay.

Between 1850 and 1868, two thirds of the births recorded at St. Georges Bay were of Acadian descent. Some of these Acadian families moved to the Port au Port Peninsula around the beginning of the 20th century. They settled in communities where descendants of French fishermen and Acadians were already established. And thus Acadia gradually took root in Newfoundland and Labrador.

pub vivre en acadie
Pub SNA 1
pub cria

Monument - Cap Saint-Georges - Terre-Neuve-et-Labrador

Les Acadiens à Terre-Neuve

L’établissement de postes de pêche français à Terre-Neuve mène à la fondation d’une colonie à Plaisance en 1662. En 1713, la France cède Terre-Neuve à la Grande-Bretagne qui lui reconnaît des droits de pêche sur une partie des Monument_resizedcôtes de l’île. Plus tard, des pêcheurs français s’y établissent ainsi que deux jeunes hommes des îles Saint-Pierre et Miquelon : Jean Camus, d’une famille originaire de Louisbourg, et l’Acadien François Benoit. Ils font souche sur la côte française de Terre-Neuve, dans la région de la baie Saint-Georges.

Au début du 19e siècle, plusieurs familles acadiennes du Cap-Breton s’établissent à Terre-Neuve. À la fin des années 1840, d’autres Acadiens du Cap-Breton immigrent à Terre-Neuve, certains passant par les îles de la Madeleine. Ils s’installent principalement à la baie Saint-Georges dans la communauté de Sandy Point.

Entre 1850 et 1868, deux tiers des naissances enregistrées à la baie Saint-Georges sont de paternité acadienne. Au début du 20e siècle, certaines de ces familles acadiennes déménagent sur la presqu’île de Port-au-Port. Elles s’installent dans des communautés où vivent déjà des descendants d’Acadiens et de pêcheurs français. Ainsi l'Acadie s’est enracinée petit à petit à Terre-Neuve-et-Labrador.

 

 

The Acadians in Newfoundland


The development of French fishing stations in Newfoundland led to the founding of Placentia in 1662. When France ceded Newfoundland to Great Britain in 1713, it retained its fishing rights on part of the coast of the island. French fishermen eventually settled there, along with two young men from St. Pierre et Miquelon: Jean Camus, whose family Photo_officielle_resizedwas from Louisbourg, and François Benoit, an Acadian. They founded families on the French coast of Newfoundland, in the St. Georges Bay region.

In the early 1800s, several Acadian families from Cape Breton moved to Newfoundland. Around the late 1840s, they were joined by other Acadians from Cape Breton, some of whom came via the Magdalen Islands. They settled mainly on Sandy Point in St. Georges Bay.

Between 1850 and 1868, two thirds of the births recorded at St. Georges Bay were of Acadian descent. Some of these Acadian families moved to the Port au Port Peninsula around the beginning of the 20th century. They settled in communities where descendants of French fishermen and Acadians were already established. And thus Acadia gradually took root in Newfoundland and Labrador.