Rejoindre la

communauté OMIA

 Facebook
OMIA
SPAASI
Logo commémoration
Immigration
Vivre en Acadie
  • diaporama2
  • diaporama 4
  • diaporama 6

Dernières nouvelles

PRIX ACADIE- QUÉBEC 2017
COMMUNIQUÉ Monsieur Benoît Pelletier et la Société Saint-Thomas-d’Aquin reçoivent le prix Acadie-Québec. Dieppe (Nouveau-Brunswick), le 22 juin 2017. – M. Benoît Pelletier et la Société Saint-Thomas- d’Aquin sont les lauréats du prix Acadie-Québec 2017, décerné par la Commission permanente de concertation entre l’Acadie et le Québec, qui est coprésidée par le Bureau du Québec dans les Provinces atlantiques et la Société Nationale de l’Acadie. La cérémonie de remise du prix a eu lieu au Centre des arts et de la culture de Dieppe, à l’occasion de la réception offerte par le Bureau du Québec pour souligner la fête nationale du Québec. Le prix Acadie-Québec a été remis, pour le Québec, à M. Benoît Pelletier pour l’ensemble de son œuvre en matière de francophonie canadienne et son apport au renforcement des liens entre le Québec et l’Acadie. Le prix pour l’Acadie a été remis à la Société Saint-Thomas d’Aquin (SSTA) pour son implication et son soutien aux communautés francophones en menant plusieurs projets créateurs et innovateurs. Ensemble, ces acteurs ont contribué de façon exceptionnelle à enrichir les relations entre l’Acadie et le Québec M. Francis Paradis, chef de poste du Bureau du Québec dans les Provinces atlantiques, a déclaré « L’œuvre et l’incidence de M. Benoit Pelletier sont remarquables pour le rayonnement de la francophonie hors Québec. M. Pelletier a fortement influencé l’essor de la francophonie canadienne et a aidé à l’approfondissement des relations entre le peuple québécois et le peuple acadien au cours de sa carrière. M. Pelletier est l’instigateur, entre autres choses, de la Politique du Québec en matière de francophonie canadienne incluant différents leviers dont les programmes de soutien financier à la francophonie canadienne qui permettent d’appuyer les organismes voués à l’avancement de la francophonie hors Québec. Il a aussi amené le Québec à jouer un rôle actif et rassembleur au sein de la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne. M. Pelletier a également été l’instigateur du Centre de la francophonie des Amériques, qui permet de tisser des liens entre les francophones et francophiles de ce continent. Il est important de souligner, aujourd’hui, le rôle majeur que M. Pelletier a joué pour le maintien et l’établissement harmonieux des relations entre les peuples acadien et québécois tout au long de sa carrière. » M. Xavier Lord-Giroux, président par intérim de la Société Nationale de l’Acadie, a ajouté « Les échanges entre l'Acadie et le Québec sont de plus en plus nombreux. Certes, la langue française est notre principal dénominateur commun, mais nous pouvons également profiter de notre proximité géographique pour travailler ensemble. L’initiative qu'a menée la Société Saint- Thomas-d'Aquin pour rapprocher les organismes de l'Île-du-Prince-Édouard et des Îles-de-la- Madeleine en est un bel exemple. Ces deux communautés insulaires collaborent pour favoriser le développement durable du tourisme et de l'économie de leurs régions, ainsi que la présence du français sur les côtes du golfe du Saint-Laurent. Depuis 2006, les lauréats du prix Acadie-Québec sont des chefs de file et des leaders. Ils construisent des ponts entre nos deux peuples et contribuent au rayonnement de la francophonie au sein de notre pays. » Le prix Acadie-Québec a été créé en 2006 afin de reconnaître l’apport remarquable de personnes ou d’organismes à l’établissement et à la consolidation des relations entre l’Acadie et le Québec. Il est attribué annuellement à deux lauréats, soit un de l’Atlantique et un du Québec. Les lauréats reçoivent une œuvre d’art conçue par Mme Huguette Joncas, des Îles-de-la-Madeleine, qui symbolise la convergence et la collaboration entre l’Acadie et le Québec – 30 – La Société Nationale de l’Acadie (SNA) est une fédération à but non lucratif, qui regroupe les quatre associations francophones porte-parole des provinces de l’Atlantique ainsi que les quatre associations jeunesse. La SNA compte également des membres affiliés au Québec, en France et aux États-Unis. Son mandat est de représenter le peuple acadien sur les scènes atlantique, nationale et internationale. Le Bureau du Québec dans les Provinces atlantiques relève du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes du gouvernement du Québec. Il a pour mandat la promotion et la défense des intérêts du Québec sur les plans politique, économique, touristique, social et culturel dans les provinces de l'Atlantique. Il maintient également des liens privilégiés avec les organismes francophones de ce territoire, de façon à favoriser les échanges et les partenariats entre le Québec et l’Acadie. Renseignements : Bureau du Québec dans les Provinces atlantiques Louise Gauthier
 Technicienne administrative
 Téléphone : 506 855-9627 Cellulaire : 506 962-4098
 louise.gauthier@mce.gouv.qc.ca http://saic.gouv.qc.ca/representation-quebec-canada/provinces-atlantiques/index.asp 

Galerie de photos



Monument - Bécancour - Québec (2)

Becancour_2011Bécancour (QC), le 17 août 2011 ― La ville de Bécancour, en collaboration avec la Corporation du Vieux Moulin de Saint-Grégoire et la Commission de l'Odyssée acadienne, a procédé dimanche matin dans l’arrondissement de Saint-Grégoire, au dévoilement du tout premier monument de l'Odyssée acadienne au Québec.

Quelques centaines de personnes se sont réunies en face du presbytère de Saint-Grégoire, sur le boulevard Port-Royal, pour participer à la cérémonie. Ce monument commémoratif du Grand Dérangement témoigne de l’arrivée de centaines d’Acadiens, entre 1755 et 1758, sur le territoire de la seigneurie de Bécancour qui forme aujourd’hui une des plus importantes communautés acadiennes au Québec.


« Il y a plus de deux siècles la paroisse de Saint-Grégoire-le-Grand comptait 303 familles acadiennes, aujourd'hui leurs descendants, Acadiens et Acadiennes eux aussi, honorent ces pionniers. À la veille de notre Fête Nationale, il s'agit là d'un puissant rappel de la force du peuple acadien » a déclaré la Présidente de la Société Nationale de l'Acadie, Madame Françoise Enguehard.

L'installation des Acadiens dans la région de Bécancour s'est faite en trois vagues successives: dès 1758, des Acadiens fuyant la déportation s'installèrent sur le  territoire de la seigneurie de Bécancour. Ils furent suivis en 1764 par d'autres familles qui s'installèrent sur la seigneurie de Godefroy. Un troisième et dernier groupe vient quelques temps après développer la seigneurie de Roquetaillade. En 1802, la région compte mille cinq cents Acadiens.

« Les visites et communications que j'ai eues avec les résidents et responsables de la collectivité actuelle démontrent que la fierté de reconnaître et honorer les racines acadiennes de la région est bien vivante à Saint-Grégoire. Je les félicite et les remercie pour leur initiative d'inscrire Bécancour et le Québec dans le réseau des monuments qui veulent transmettre la connaissance des épreuves de déportations et de migrations acadiennes en même temps que démontrer la détermination du peuple acadien à survivre et grandir dans le monde actuel.» a précisé Jean J. Gaudet, Président de la Commission de l’Odyssée acadienne. « Les monuments pour la commémoration internationale de l'Odyssée acadienne et du Grand Dérangement  veulent être le témoignage durable d'une fière histoire de persévérance collective. C'est l'Acadie de partout qui se montre !» a-t-il ajouté.

Le monument de Bécancour est le 9e monument de la sorte à être dévoilé depuis 2005 pour commémorer le Grand Dérangement. Les autres monuments sont à Dieppe, Saint-Basile, Miramichi et Caraquet au Nouveau-Brunswick, Halifax en Nouvelle-Écosse, Port-la-Joye à l'Île-du-Prince-Édouard, Cap Saint-Georges à Terre-Neuve-et-Labrador et Miquelon à Saint-Pierre et Miquelon. Deux monuments seront également dévoilés au cours des prochains mois soit celui de Houma en Louisiane et celui de La Petite-Rochelle au Nouveau-Brunswick.

Becancour_2011

Sur la photo de gauche à droite:

Monsieur Maurice Richard, maire de la ville de Bécancour, madame Françoise Enguehard, présidente de la Société Nationale de l'Acadie, monsieur Karl Grondin, conseiller, monsieur Alain Lévesque, conseiller, monsieur Fernand Croteau, conseiller, monsieur Gilles Bédard, curé de la paroisse de Saint-Grégoire-le-Grand, monsieur Louis Plamondon, député du comté de Nicolet-Yamaska, madame Jeanne d'Arc Hébert, présidente de la corporation du Vieux Moulin de Saint-Grégoire et monsieur Jean J. Gaudet, président de la Commission de l'Odyssée acadienne.

pub fna
Grand Pre carre accueil02
pub omia

Monument - Bécancour - Québec (2)

Becancour_2011Bécancour (QC), le 17 août 2011 ― La ville de Bécancour, en collaboration avec la Corporation du Vieux Moulin de Saint-Grégoire et la Commission de l'Odyssée acadienne, a procédé dimanche matin dans l’arrondissement de Saint-Grégoire, au dévoilement du tout premier monument de l'Odyssée acadienne au Québec.

Quelques centaines de personnes se sont réunies en face du presbytère de Saint-Grégoire, sur le boulevard Port-Royal, pour participer à la cérémonie. Ce monument commémoratif du Grand Dérangement témoigne de l’arrivée de centaines d’Acadiens, entre 1755 et 1758, sur le territoire de la seigneurie de Bécancour qui forme aujourd’hui une des plus importantes communautés acadiennes au Québec.


« Il y a plus de deux siècles la paroisse de Saint-Grégoire-le-Grand comptait 303 familles acadiennes, aujourd'hui leurs descendants, Acadiens et Acadiennes eux aussi, honorent ces pionniers. À la veille de notre Fête Nationale, il s'agit là d'un puissant rappel de la force du peuple acadien » a déclaré la Présidente de la Société Nationale de l'Acadie, Madame Françoise Enguehard.

L'installation des Acadiens dans la région de Bécancour s'est faite en trois vagues successives: dès 1758, des Acadiens fuyant la déportation s'installèrent sur le  territoire de la seigneurie de Bécancour. Ils furent suivis en 1764 par d'autres familles qui s'installèrent sur la seigneurie de Godefroy. Un troisième et dernier groupe vient quelques temps après développer la seigneurie de Roquetaillade. En 1802, la région compte mille cinq cents Acadiens.

« Les visites et communications que j'ai eues avec les résidents et responsables de la collectivité actuelle démontrent que la fierté de reconnaître et honorer les racines acadiennes de la région est bien vivante à Saint-Grégoire. Je les félicite et les remercie pour leur initiative d'inscrire Bécancour et le Québec dans le réseau des monuments qui veulent transmettre la connaissance des épreuves de déportations et de migrations acadiennes en même temps que démontrer la détermination du peuple acadien à survivre et grandir dans le monde actuel.» a précisé Jean J. Gaudet, Président de la Commission de l’Odyssée acadienne. « Les monuments pour la commémoration internationale de l'Odyssée acadienne et du Grand Dérangement  veulent être le témoignage durable d'une fière histoire de persévérance collective. C'est l'Acadie de partout qui se montre !» a-t-il ajouté.

Le monument de Bécancour est le 9e monument de la sorte à être dévoilé depuis 2005 pour commémorer le Grand Dérangement. Les autres monuments sont à Dieppe, Saint-Basile, Miramichi et Caraquet au Nouveau-Brunswick, Halifax en Nouvelle-Écosse, Port-la-Joye à l'Île-du-Prince-Édouard, Cap Saint-Georges à Terre-Neuve-et-Labrador et Miquelon à Saint-Pierre et Miquelon. Deux monuments seront également dévoilés au cours des prochains mois soit celui de Houma en Louisiane et celui de La Petite-Rochelle au Nouveau-Brunswick.

Becancour_2011

Sur la photo de gauche à droite:

Monsieur Maurice Richard, maire de la ville de Bécancour, madame Françoise Enguehard, présidente de la Société Nationale de l'Acadie, monsieur Karl Grondin, conseiller, monsieur Alain Lévesque, conseiller, monsieur Fernand Croteau, conseiller, monsieur Gilles Bédard, curé de la paroisse de Saint-Grégoire-le-Grand, monsieur Louis Plamondon, député du comté de Nicolet-Yamaska, madame Jeanne d'Arc Hébert, présidente de la corporation du Vieux Moulin de Saint-Grégoire et monsieur Jean J. Gaudet, président de la Commission de l'Odyssée acadienne.