Rejoindre la

communauté OMIA

 Facebook
OMIA
SPAASI
Logo commémoration
Immigration
Vivre en Acadie
  • diaporama2
  • diaporama 4
  • diaporama 6

Dernières nouvelles

La Société Nationale de l’Acadie est fière de souligner Acadian Day.
Célébrée en Louisiane ce 24 novembre, cette journée nous invite à commémorer l’histoire de l’Acadie louisianaise. Entre l’exil du Grand Dérangement et l’aube nouvelle du dernier demi-siècle, elle comprend l'enracinement dans un monde inconnu et les épreuves incommensurables d’un environnement hostile à la pérennité de la langue, de la culture et de l’identité acadiennes. Le récit inspirant de l’Acadiana et l’effervescence de la culture cajun ont de quoi inspirer nos millions de compatriotes pour qui la résilience est un trait fondamental de l’héritage commun.Acadian Day compte parmi une quinzaine de jours fériés observés annuellement par l’État de Louisiane et représente, à ce titre, une reconnaissance officielle inégalée dans toute la diaspora. Selon la proclamation 138 JBE 2017 du gouvernement louisianais, que nous traduisons de l’anglais au français, Acadian Day commémore:...l’arrivée en Louisiane du peuple acadien de la colonie française d’Acadie après que celle-ci fut cédée à l’Angleterre en 1713, et reconnaît le fait qu’une part importante des développements initiaux de la Louisiane sur les plans économique et politique sont directement attribuables à l’oeuvre du peuple acadien, par l’entremise de sa culture des terres, de son emploi des ressources naturelles et de son intérêt déployé dans les domaines de l’autodétermination politique et de la démocratie américaine.Outre la contribution acadienne à l’évolution de la société louisianaise, il faut apprécier les progrès accomplis au cours des dernières décennies pour y revitaliser la culture et le fait français. Le Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), créé en 1968, demeure à l’avant-plan de ce renouveau, qui s’observe notamment par la désignation d’une région acadienne de 22 paroisses, l’adoption du drapeau de l’Acadiana en 1974, l’élaboration de programmes d’immersion et universitaires francophones ainsi qu’un élan remarquable de production culturelle et scientifique.Malgré les adversités héritées d’une histoire éprouvante, on constate aujourd’hui en Louisiane un déploiement sans précédent de l’identité acadienne, de la langue française et de la culture cajun. Le futur est donc prometteur. 2018 marquera le cinquantième anniversaire du CODOFIL. Puis, en août 2019, à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick, le Congrès mondial acadien réunira l’Acadie louisianaise avec l’ensemble de la diaspora pour une sixième fois depuis 1994.À l’occasion d’Acadian Day, la SNA encourage vivement la société civile acadienne à promouvoir l’Acadie louisianaise, son épanouissement ainsi que sa riche contribution au patrimoine culturel de l’Acadie, de la francophonie et de l’Amérique du Nord.Louise ImbeaultPrésidenteSociété nationale de l’Acadie

Galerie de photos



Ententes de coopération

Relations internationales

C'est avec la France que la SNA fit ses premiers pas sur la scène internationale. À l'initiative du président de la SNA, le Général de Gaulle acceptait, au mois de janvier 1968, de recevoir une délégation acadienne à Paris. La délégation acadienne était représentée à l'époque par le Dr Léon Richard, alors président de la SNA, le recteur de l'Université de Moncton, Adélard Savoie, le président de la Compagnie Mutuelle l'Assomption et vice-président de l'Évangéline, Gilbert Finn et le vice-président de l'Association acadienne de l'éducation, Euclide Daigle. Un important programme de coopération était alors signé. Bourses, coopérants, dons de livres et une aide financière au journal l'Évangéline évaluée à plus de 400 000 $, ainsi que la création d'un Service culturel au Consulat général de France à Moncton furent accordés à l'Acadie.

1195.jpgLe programme de coopération France-Acadie est, encore aujourd'hui, le plus important programme d'échanges géré par la Société Nationale de l'Acadie. Renouvelé à tous les deux ans, il permet annuellement à une dizaine de boursiers, boursières et stagiaires acadiens de faire des études en France. Par le biais de ce programme, certaines institutions et entreprises acadiennes bénéficient à chaque année de l'expertise française, de dons de livres, de disques, de matériel, etc. Ce programme d'échanges contribue grandement à l'épanouissement des communautés acadiennes des provinces de l'Atlantique. La Direction Générale des Relations Culturelles, Scientifiques et Techniques (DGRCST) est le principal maître d'oeuvre de ce programme de coopération pour le gouvernement français.

Du côté acadien, le programme est géré par le Consulat général de France à Moncton, plus particulièrement par le biais du Service culturel, avec la collaboration de la SNA.

En 1983, la Société Nationale de l'Acadie initiait des discussions avec les représentants de la Communauté française de Belgique. Depuis, un programme d'échanges est renouvelé, à tous les trois ans avec les responsables du Commissariat général aux relations internationales de la Communauté française de Belgique. Les principaux échanges se situent au niveau de stages de formation, de stages en langue et littérature françaises, de dons de livres, de disques, etc.

Les relations avec la Louisiane et les Îles Saint-Pierre et Miquelon sont plus récentes. En avril 1990, une délégation acadienne se rendait à Saint-Pierre et Miquelon et signait un premier programme d'échanges avec le Conseil Général des Îles Saint-Pierre et Miquelon. Les échanges prévus se situaient surtout au niveau des communications, de la jeunesse, de l'éducation et de la santé.

Quant aux premiers échanges avec la Louisiane, ils datent de la même période (mai 1990). Une délégation acadienne se rendait alors à Lafayette pour une session de travail avec les responsables du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL). Quelques échanges se sont concrétisés et des discussions récentes augurent bien pour la tenue d'une prochaine rencontre en vue d'établir des liens plus étroits entre Acadiens du sud et du Nord.

La SNA a participé à la coordination en avril 1998 d'une mission commerciale sur l'industrie de la musique et de l'enregistrement sonore à Lafayete. Lors de l'assemblée générale annuelle 2001 de la SNA, Action cadienne de la Louisiane est devenue membre affilié de l'organisme.

Toujours sur la scène internationale, la Société Nationale de l'Acadie participe, à tous les deux ans, aux Sommets de la Francophonie. L'organisme a fait partie de la délégation canadienne lors des Sommets de la Francophonie de Paris (1991), de l'Ile Maurice (1993), de Cotonou (1995), de Hanoï (1997) et de Moncton (1999). Il devait prendre part à celui de Beyrouth en septembre 2001, mais celui-ci a été annulé.

La Société Nationale de l'Acadie entretient des liens particuliers avec l'association Les Amitiés Acadiennes dont le bureau est situé à Paris. Cette association qui regroupe cinq organisations régionales composées de descendants d'Acadie ou d'amis de l'Acadie, organise et parraine annuellement différentes activités afin de promouvoir l'Acadie en France.

Il est à noter que l'ex-président des Amitiés Acadiennes, Philippe Rossillon, avait joué un rôle des plus importants dans les relations qui ont été maintenues au fil des ans entre le gouvernement français et la Société Nationale de l'Acadie.

D'autre part, la Société Nationale de l'Acadie gère, bénévolement, un autre organisme appelé «Fondation Franco-Acadienne pour la Jeunesse». Cet organisme favorise les échanges entre jeunes français et acadiens. Depuis sa fondation en 1979, plus de 300 jeunes ont participé à différents stages (2 à 4 semaines) en France et en Acadie afin de se perfectionner dans des domaines très spécifiques.

La SNA a également été responsable de l'organisation de l'Accessible étoile, spectacle présenté dans le cadre du Sommet du G-7 à Halifax et auquel assistait Mesdames Chrétien, Chirac, Eltsine et Santerre, épouses de Chefs d'États. Par ce spectacle, l'Acadie voulait transmettre aux autres nations une invitation à la tolérance et au respect. Rappellons que ce spectacle, auquel assistait plus de 400 personnes, a été présenté à la télévision de Radio-Canada et sur la chaîne de TV-5.

pub omia
pub cria
pub vivre en acadie

Ententes de coopération

Relations internationales

C'est avec la France que la SNA fit ses premiers pas sur la scène internationale. À l'initiative du président de la SNA, le Général de Gaulle acceptait, au mois de janvier 1968, de recevoir une délégation acadienne à Paris. La délégation acadienne était représentée à l'époque par le Dr Léon Richard, alors président de la SNA, le recteur de l'Université de Moncton, Adélard Savoie, le président de la Compagnie Mutuelle l'Assomption et vice-président de l'Évangéline, Gilbert Finn et le vice-président de l'Association acadienne de l'éducation, Euclide Daigle. Un important programme de coopération était alors signé. Bourses, coopérants, dons de livres et une aide financière au journal l'Évangéline évaluée à plus de 400 000 $, ainsi que la création d'un Service culturel au Consulat général de France à Moncton furent accordés à l'Acadie.

1195.jpgLe programme de coopération France-Acadie est, encore aujourd'hui, le plus important programme d'échanges géré par la Société Nationale de l'Acadie. Renouvelé à tous les deux ans, il permet annuellement à une dizaine de boursiers, boursières et stagiaires acadiens de faire des études en France. Par le biais de ce programme, certaines institutions et entreprises acadiennes bénéficient à chaque année de l'expertise française, de dons de livres, de disques, de matériel, etc. Ce programme d'échanges contribue grandement à l'épanouissement des communautés acadiennes des provinces de l'Atlantique. La Direction Générale des Relations Culturelles, Scientifiques et Techniques (DGRCST) est le principal maître d'oeuvre de ce programme de coopération pour le gouvernement français.

Du côté acadien, le programme est géré par le Consulat général de France à Moncton, plus particulièrement par le biais du Service culturel, avec la collaboration de la SNA.

En 1983, la Société Nationale de l'Acadie initiait des discussions avec les représentants de la Communauté française de Belgique. Depuis, un programme d'échanges est renouvelé, à tous les trois ans avec les responsables du Commissariat général aux relations internationales de la Communauté française de Belgique. Les principaux échanges se situent au niveau de stages de formation, de stages en langue et littérature françaises, de dons de livres, de disques, etc.

Les relations avec la Louisiane et les Îles Saint-Pierre et Miquelon sont plus récentes. En avril 1990, une délégation acadienne se rendait à Saint-Pierre et Miquelon et signait un premier programme d'échanges avec le Conseil Général des Îles Saint-Pierre et Miquelon. Les échanges prévus se situaient surtout au niveau des communications, de la jeunesse, de l'éducation et de la santé.

Quant aux premiers échanges avec la Louisiane, ils datent de la même période (mai 1990). Une délégation acadienne se rendait alors à Lafayette pour une session de travail avec les responsables du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL). Quelques échanges se sont concrétisés et des discussions récentes augurent bien pour la tenue d'une prochaine rencontre en vue d'établir des liens plus étroits entre Acadiens du sud et du Nord.

La SNA a participé à la coordination en avril 1998 d'une mission commerciale sur l'industrie de la musique et de l'enregistrement sonore à Lafayete. Lors de l'assemblée générale annuelle 2001 de la SNA, Action cadienne de la Louisiane est devenue membre affilié de l'organisme.

Toujours sur la scène internationale, la Société Nationale de l'Acadie participe, à tous les deux ans, aux Sommets de la Francophonie. L'organisme a fait partie de la délégation canadienne lors des Sommets de la Francophonie de Paris (1991), de l'Ile Maurice (1993), de Cotonou (1995), de Hanoï (1997) et de Moncton (1999). Il devait prendre part à celui de Beyrouth en septembre 2001, mais celui-ci a été annulé.

La Société Nationale de l'Acadie entretient des liens particuliers avec l'association Les Amitiés Acadiennes dont le bureau est situé à Paris. Cette association qui regroupe cinq organisations régionales composées de descendants d'Acadie ou d'amis de l'Acadie, organise et parraine annuellement différentes activités afin de promouvoir l'Acadie en France.

Il est à noter que l'ex-président des Amitiés Acadiennes, Philippe Rossillon, avait joué un rôle des plus importants dans les relations qui ont été maintenues au fil des ans entre le gouvernement français et la Société Nationale de l'Acadie.

D'autre part, la Société Nationale de l'Acadie gère, bénévolement, un autre organisme appelé «Fondation Franco-Acadienne pour la Jeunesse». Cet organisme favorise les échanges entre jeunes français et acadiens. Depuis sa fondation en 1979, plus de 300 jeunes ont participé à différents stages (2 à 4 semaines) en France et en Acadie afin de se perfectionner dans des domaines très spécifiques.

La SNA a également été responsable de l'organisation de l'Accessible étoile, spectacle présenté dans le cadre du Sommet du G-7 à Halifax et auquel assistait Mesdames Chrétien, Chirac, Eltsine et Santerre, épouses de Chefs d'États. Par ce spectacle, l'Acadie voulait transmettre aux autres nations une invitation à la tolérance et au respect. Rappellons que ce spectacle, auquel assistait plus de 400 personnes, a été présenté à la télévision de Radio-Canada et sur la chaîne de TV-5.