ATLANTIQUE - La Société Nationale de l’Acadie entretient une collaboration depuis de nombreuses années avec la nation Mi’kmaq et demande à ce que la lumière soit faite sur les récents événements au Nouveau-Brunswick et ailleurs au Canada.


En tant qu’allié des Premières Nations, les décès de Chantel Moore et de Rodney Levi, deux autochtones, en l’espace de huit jours aux mains des forces policières du Nouveau-Brunswick, nous troublent profondément. Ces tragédies doivent engendrer une réflexion importante au sujet du racisme et favoriser un dialogue nécessaire à l’endroit du racisme systémique en Acadie et ailleurs au Canada, estime la présidente de la SNA, Mme Louise Imbeault.


«Les systèmes et processus en place tendent à défavoriser les communautés racisées. Le racisme systémique est insidieux. Il s’opère dans toute société, incluant en Acadie. Des questions difficiles doivent être posées et répondues. Nous devons prendre les mesures nécessaires pour que nos communautés soient les plus accueillantes et les plus inclusives possible, pour les membres des communautés autochtones Mi’kmaq et Malécites, mais également pour les immigrants et immigrantes.»


La SNA a signé une entente de reconnaissance d’entraide avec le Grand Chef Mi’kmaq John Joe Sark, en 1993. Nous avons également signé en 2010 un accord de paix et d’amitié avec la Confédération des Mi’kmaq du Nouveau-Brunswick, avec le Chef régional Roger Augustine. 


En 2017, nous étions à Grand-Pré lors des Retrouvailles pour soutenir les efforts de dialogue, de vérité et de réconciliation avec les peuples des Premières Nations Mi’kmaq et Malécites.


Enfin, le 16 août dernier, en plein coeur du Congrès mondial acadien 2019, des membres du conseil d’administration de la SNA et de son personnel ont participé au Mawiomi tenu sur la terre Mi’kmaq traditionnelle et sacrée sur laquelle se trouve le parc national de Kouchibouguac, organisé par Parcs Canada.


L’Acadie a un devoir moral de soutenir les membres des Premières Nations dans leurs efforts de reconnaissance et de résolution de problème systémique les affligeant, souligne Mme Louise Imbeault.


«Depuis longtemps les communautés autochtones nous disent qu’il y a des problèmes quant au traitement que leur réservent les forces de l’ordre. Si nous espérons un jour achever le rêve d’une société équitable et juste pour tous, nous devons prendre le temps de les écouter pour faire toute la lumière sur cette affaire. »


-30-


La Société Nationale de l'Acadie (SNA) est une société à but non lucratif qui regroupe les quatre associations francophones porte-parole des provinces de l'Atlantique ainsi que les quatre associations jeunesse. La SNA compte également des membres affiliés au Québec, en France et aux États-Unis. Elle a pour mandat de représenter le peuple acadien sur les scènes atlantique, nationale et internationale.


POUR TOUTE DEMANDE MÉDIA


Société Nationale de l’Acadie
Anthony Doiron
Coordonnateur des communications et de la recherche
communications@snacadie.org
1-506-295-6301