LA RÉSISTANCE SUR LA PETCOUDIAC
Lorsque débute la Déportation, en août 1755, une importante population acadienne vit dans la région des Trois-Rivières (Chipoudie, Memramkouke et Petcoudiac). Le caractère indépendant de ces habitants motive les autorités britanniques à les déporter en premier et rapidement, une démarche qui se butera à une opposition farouche.

Dès septembre 1755, des résistants armés infligent un dur revers à des soldats britanniques venus brûler les villages acadiens de la Petcoudiac. Retranchés dans le haut de la rivière sous le commandement des frères Broussard (Beausoleil), ils mèneront une guérilla impitoyable contre l’agresseur jusqu’en 1758. Cet été là, ils essuient un premier échec, à la bataille du Cran (ruisseau Stoney). À l’automne, on assiste à la fin de la résistance sur la Petcoudiac quand s’achève la destruction des villages acadiens.

Pourchassés, décimés par la maladie et emprisonnés par la suite, plusieurs de ces résistants auront tout de même réussi à éviter la Déportation et permis à l’Acadie de survivre. Certaines familles acadiennes partent vers la Louisiane de leur propre chef, tandis que le sol natal retient ceux et celles qui construiront la nouvelle Acadie.

Source : texte inscrit sur le Monument.